Accueil > Archives et galeries > Année 2007 > Vie associative > Projet pour la demande de subvention 2007

Projet pour la demande de subvention 2007

Le Projet présenté lors de la demande pour l’année 2007

L’association GHAMU, dans les quatre années à venir (2007-2010), souhaite concentrer ses activités à la sensibilisation du public à l’art du XVIIIe siècle, dans ce qu’il partage de plus nouveau avec la pensée progressiste des Lumières. Malgré sa structure haussmannienne, Paris demeure l’une des plus riches villes du monde en patrimoine datant du XVIIIe siècle (monuments civils et religieux, habitat, places et promenades, sculpture, collections d’art, etc.) ; le public n’a que trop peu conscience de la globalité du phénomène, notamment dans les rapprochements qui peuvent être faits entre les différentes formes d’art et leurs rapports à la culture de l’époque (spectacles, musique, presse, institutions)…

Avec l’invention du Public, le rôle de la critique et des médias, la culture encyclopédiste, la réévaluation des valeurs du passé et la politique réformatrice qui facilite l’émergence d’un nouvel art urbain face à l’art de cour, ce sont autant de questions que l’histoire stylistique des œuvres et des artistes, traditionnelle, ne traite guère ; du moins, les études qui s’y consacrent, dans le champ des sciences humaines à l’université, par exemple, ne touchent que trop peu le public d’aujourd’hui, largement sous-informé. Il nous est apparu que la célébration du 250e anniversaire du premier Salon de Diderot (1759-2009) pourrait être en 2009 l’occasion d’illustrer cette valeur patrimoniale de l’histoire de l’art. Afin de préparer cette célébration, et de lui donner une suite, il nous semble utile de programmer différentes activités et publications touchant à des thèmes nouveaux liés à la réception des œuvres et des idées, à l’époque considérée, mais également du XIXe jusqu’au XXIe siècle.

Schématiquement, voici les opérations proposées, pour lesquelles nous sollicitons l’aide de la Ville de Paris :

Printemps 2007 : Publication du livre : Corésus et Callirhoé de Fragonard. Un chef-d’œuvre d’émotion (t. VI de notre collection). + des journées d’études et visites-conférences publiques.

3-7 juillet 2007 – Université d’été d’histoire de l’art sur le thème :
La France des Lumières. L’art urbain et le public au XVIIIe siècle : les échanges Paris/Province Stage d’approfondissement destiné aux professionnels de la culture (conférenciers, documentalistes, conservateurs, éditeurs), aux enseignants, aux étudiants et aux amateurs (prévision : entre 30 et 40 inscrits).

Mathurin Crucy, La Bourse de Nantes et sa promenade (cl. D. Rabreau)

- 2008 : Publication des actes des journées d’études La gravure : quelles problématiques pour les Temps modernes ? (dir. P. Wachenheim et I. Michel, juin 2004, en partenariat avec le Département des estampes et de la photographie de la BnF, 16 communications, t. VII de notre collection). + quatre jours d’université d’été pour la formation des conférenciers, enseignants et conservateurs + journées d’études publiques.

- 2009 : Tenue d’un colloque international à Paris : Le Public et la politique des arts au Siècle des Lumières : célébration de Diderot . + visites-conférences publiques + préparation de l’édition d’une étude inédite d’O. Barabanova sur Ledoux et l’architecture en Russie (XVIIIe-XXe siècle)  : témoignage de la réception et de la postérité de l’architecture française des Lumières (t. VIII de notre collection). + journées d’études publiques.

- 2010 : Publication des actes du colloque international Le Public et la politique des arts au Siècle des Lumières : célébration de Diderot (t. IX de notre collection).

C’est donc afin d’amorcer cette programmation ambitieuse d’études sur le rôle de Paris dans le développement de la vie urbaine politico-artistique de l’Europe des Lumières, et d’en instruire le public, que le GHAMU a sollicité l’aide de la Ville, d’un montant de 5000 € pour cette première activité de sensibilisation et de formation publique de 2007. Pour le colloque de 2009 et la publication des actes, le GHAMU prévoit de solliciter également la Délégation aux Commémorations nationales.