Accueil > Actualités / Agenda > Actualité patrimoniale > La rénovation du musée de Picardie à Amiens

La rénovation du musée de Picardie à Amiens


Josiane Sartre, lors de l’Assemblée Générale du GHAMU du 29 avril 2013, a informé ses membres du projet de rénovation du musée de Picardie confié au Cabinet d’architecture Frenak et Jullien en 2012 par Amiens Métropole, maître d’ouvrage et fait part des inquiétudes qu’il suscite.

Rappelons que la Société des Antiquaires de Picardie fut à l’origine de la construction du musée, entre 1855 et 1867, dont les plans furent confiés aux architectes Henri Parent (1819-1895) jusqu’en 1855 puis à Arthur Diet (1827-1890) après cette date. La Société en fit don à la ville d’Amiens en 1869 avec les premières collections d’art qu’elle avait réunies.

Nous faisons référence au chapitre de Bruno Foucart « Le Musée du XIXe siècle : temple, palais, basilique », p.122-135 du catalogue de l’exposition La Jeunesse des musées. Les musées de France au XIXe siècle, sous la direction de Chantal Georgel, Paris, musée d’Orsay, 7 février-8 mai 1994. Bruno Foucart, dans son analyse des attributs communs aux grands musées du XIXe siècle, nous révèle la place primordiale occupée par le musée de Picardie. Il met en évidence notamment, comment « dans la ville du XIXe siècle, le musée… a valeur de cathédrale des temps nouveaux… était prédestiné à l’alliance avec les sciences et les lettres… À Amiens, le musée de Picardie… accueille au rez-de-chaussée la Société des antiquaires de Picardie, son savoir, ses archives », comment sa place dans la ville est loin d’être indifférente, « le musée avait droit à être présent dans le centre même des pouvoirs… musée et préfecture sont séparés par une rue en Picardie.  » Il nous montre aussi comment le modèle du Louvre s’impose dans l’imaginaire national et dans celui des constructeurs du musée de Picardie lequel « dès ses débuts avait eu l’ambition de constituer le petit Louvre de la province. Le pavillon central, tel que conçu par Parent et Diet, renvoie directement aux pavillons de la cour Napoléon, qui eux-mêmes transposent celui de Lemercier sur la cour Carrée…  ».

Hormis le fait que la Société des Antiquaires de Picardie fut à l’initiative de la construction et fit don du musée à la ville d’Amiens, ces données historiques, rapidement résumées, justifient pleinement les réserves émises par la SAP sur les modifications qui seraient apportées à la façade et à la cour d’honneur du musée et nous vous invitons à prendre connaissance du communiqué de son Conseil d’Administration du 25 mars 2013. Faut-il ajouter, qu’il semblerait utile qu’un dialogue s’engage entre les acteurs du projet et la Société des Antiquaires de Picardie.

Lire le communiqué de la Société des Antiquaires de Picardie.