Fabienne SEILLAN


Courriel : Fabienne.SEILLAN wanadoo.fr

Docteur en histoire de l’art Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Formation

2011 : Qualifiée aux fonctions de maître de conférences 22e section

2010 : Doctorat d’histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Dominique Poulot : « Jean-Benoît-Vincent Barré (1735-1824), un architecte parisien à l’époque du retour à l’antique ». Thèse obtenue le 30 novembre 2010 avec la mention très honorable et les félicitations unanimes du jury.

2004 : DEA d’Histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Dominique Poulot : « Mémoire d’un patrimoine perdu : le cas du château de Villeneuve-l’Etang 1695-2003 ».

2003 : Maîtrise d’Histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Dominique Poulot : « Le château de Villeneuve-l’Etang (1695-1870) ».

Activités d’enseignement

2007-2009 : Coordinatrice du séminaire sur les arts décoratifs en 1re année de 2e Cycle (muséologie, dominante objet) à l’Ecole du Louvre. Enseignement portant sur les examens scientifiques, la restauration et la conservation des œuvres d’arts décoratifs.

2007-2008 : Chargée des travaux dirigés à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en Arts et société au XVIIIe siècle en Licence 3 – Histoire de l’art à l’Université de Paris 1.

Communications et publications

Articles et contributions à des actes de colloques et ouvrages collectifs

« La duchesse d’Angoulême au château de Villeneuve-l’Etang », dans L’Estampille L’Objet d’art, juin 2006, n°414, p. 74-82.

Avec Emmanuel Pénicaut, « Transformations du château de L’Etang », dans Jules Hardouin-Mansart, sous la direction d’Alexandre Gady, Paris : Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2010, p. 345-347.

Communications suivies de publications

« Jean-Benoît-Vincent Barré (1735-1824), un architecte favori des financiers sous l’Ancien Régime » dans le cadre du colloque Chalgrin. Architectes et architectures, de l’Ancien Régime à l’Empire (décembre 2011), publication dans les actes à paraître.

« L’hôtel Micault d’Harvelay à Paris, œuvre de Jean-Benoît-Vincent Barré (1735-1824) » communication à la Société de l’Histoire de l’Art français (octobre 2011), publication dans le Bulletin à paraître.

« Spéculation immobilière et qualité architecturale à Paris au XVIIIe siècle » à l’occasion de la journée d’études « Goûts privés et enjeux publics dans la patrimonialisation, XVIIIe-XXIe siècle » organisée par l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (juin 2010), publication à paraître.

« Le lotissement ou la dislocation du tissu urbain. Étude du cas des lotissements opérés à Paris sur des hôtels de la rue Grange Batelière au cours des années 1770-1780 » à l’occasion des journées d’études doctorales « La Dislocation » organisées par l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (juin 2007), publication à paraître.

« Le château de l’Etang » à l’occasion de la journée d’études « Palais et châteaux chez Saint-Simon » organisée par le Centre de Recherches du Château de Versailles et la Société Saint-Simon (mars 2005), suivie de la publication d’un article : « Le château de l’Etang du temps de Saint-Simon » dans les Cahiers Saint-Simon, n°33, année 2005, p. 39-48.

« Le château de Villeneuve-l’Etang » communication à la Société de l’Histoire de l’Art français (janvier 2004), suivie de la publication d’un article : « Le château de l’Etang (1695-1710), une belle demeure disparue », Bulletin de la Société d’Histoire de l’Art français, année 2006, p. 101-118.

Conférences données dans des séminaires

Présentation de la méthode en histoire de l’art, l’exemple d’une recherche d’histoire de l’architecture et de l’urbanisme à Paris au XVIIIe siècle dans le Master Recherche Histoire et politique des musées et du patrimoine, Université de Paris 1 (novembre 2010).

Communication sur l’architecte Jean-Benoît-Vincent Barré (1735-1824) et son milieu dans le séminaire doctoral commun « De la création à la réception de l’œuvre d’art » organisé par les universités Paris I et Paris IV (décembre 2009), suivie de la publication en ligne du texte « Jean-Benoît-Vincent Barré, architecte, un illustre inconnu mieux connu » (mars 2010).